Hello les amis ! 

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de notre meilleure amie à tous pendant l’été : la crème solaire ! L’indispensable de notre trousse de voyage même ! Quand on fait un tour dans les rayons des magasins, des (para)pharmacies, il en existe des centaines, de différentes marques, aux indices de protection différents et même en spray, crème, stick, brume… Alors laquelle choisir ? 

Je vous avoue que ça me fait un peu le même effet que lorsque je me rends dans une boutique de jeans : ils sont tous exposés au mur ou sur des cintres, ils se ressemblent presque tous et je me sens un peu égarée. Avec le temps, j’ai appris à connaître ma taille exacte, ceux qui me vont le mieux et mes couleurs préférées. 

Hé bien, pour la crème solaire c’est (presque) pareil ! Je vais vous donner les conseils et astuces qui m’ont aidé à bien choisir la mienne, celle qui me permet de bronzer chaque été sans mettre ma peau en danger ! 

Etape 1 : Connaitre sa peau ! 

C’est sans doute LA chose la plus importante ! 

Il faut donc que vous connaissiez absolument votre phototype. Mais c’est quoi ce phototype au juste ? C’est en fait la façon dont votre peau réagit à l’action bronzante du soleil. Celui-ci va du type 1 (cheveux roux, carnation laiteuse, coups de soleil systématiques…) avec quasiment aucune chance de bronzer, au type 5 (cheveux foncés, peau mate, coups de soleil exceptionnel), qui peut se permettre de sublimes bronzages. Un hâle clair peut s’atteindre à partir du phototype 3 (cheveux châtains, peau encore claire et coups de soleil fréquents).

  • Phototype 0 : peau qui brûle très facilement et ne doit jamais s’exposer (albinos, population sans mélanocytes).
  • Phototype 1 : peau très claire, blanche, cheveux blond ou roux, yeux bleus ou verts et taches de rousseur apparaissant rapidement en cas d’exposition, brule facilement au soleil et ne bronze jamais.
  • Phototype 2 : peau très claire qui peut devenir halée, des cheveux blonds ou châtains clairs des taches de rousseurs qui apparaissent au soleil, brule facilement et bronze légèrement.
  • Phototype 3 : peau moyenne, des cheveux blond ou châtains, peu ou pas de tache de rousseur, brule modérément et bronze petit à petit
  • Phototype 4 : peau mate, cheveux châtains ou bruns aucune tache de rousseur, brule a peine et bronze toujours bien.
  • Phototype 5 : peau brune foncée, naturellement pigmentée, cheveux et yeux noirs : brule rarement et bronze beaucoup.
  • Phototype 6 : peau noire, cheveux et yeux noirs, ne brulant pas

J’ai pour ma part fais quelques tests très intéressants sur Internet qui m’ont aidé à en savoir plus même si j’avais déjà une petite idée sur la question. Je vous mets les liens pour que vous puissiez le faire aussi.

TEST 1

TEST 2

TEST 3

Résultat : je suis phototype 2. Bien que j’ai les cheveux foncés,  mes yeux sont très claires et ma peau aussi (merci maman). Il m’arrive de bronzer ( sans jamais avoir la peau mat) mais aussi bien souvent d’attraper des coups de soleil. 

Etape 2 : choisir le bon indice de protection 

Grâce à cela, il m’a été possible de découvrir quel indice de protection était le plus efficace pour moi.

Il faut en fait regarder sur les flacons le FPS (Facteur de Protection Solaire) ou SPF en anglais qui est mentionné sur les emballages et signale le niveau de protection contre les UVB du produit ( les plus dangereux, responsables à 90% des cancers de la peau). FPS ou SPF veut donc dire la même chose !

Il existe 4 catégories de produits solaires selon les FPS/SPF :

  • Protection faible : SPF de 6 ou 10
  • Protection moyenne : SPF de 15, 20 ou 25
  • Protection haute : SPF de 30 ou 50
  • Très haute protection : SPF de 50+

Pour ma part, ayant un phototype 2, l’indice de protection qui me convient le mieux est donc 30 ou 50. Vous obtiendrez celui qui vous convient le mieux en réalisant le test pour découvrir votre phototype.

Le choix entre l’un ou l’autre va ensuite dépendre des conditions d’ensoleillement (plage horaire, durée de l’exposition, altitude, latitude, mer, montagne…). 

Si je vais à la plage et que je sais que je risque d’être exposée sur une longue période, j’opte pour un indice 50. Si je me balade en ville, avec risque d’une faible exposition, je prends plutôt un indice 30. 

Bon à savoir 

Dans les hautes protections, la différence entre deux indices devient minime. En fait un produit SPF 30 filtre 96.7% des rayons UVB contre 98% pour un produit SPF 50.  Ce qui est important c’est de renouveler souvent l’application ! Il est prouvé qu’une diminution de 50% de la dose à appliquer entraîne une diminution d’efficacité de 75%. Ce qu’il faut comprendre par là c’est qu’un produit d’indice 20 ou 30 appliqué généreusement partout est souvent plus efficace qu’un produit d’indice 50 appliqué qu’une seule fois dans la journée.

Etape 3 : Je prends quel filtre solaire ? 

Bon et ensuite : on choisit quel filtre solaire ? Je vous avoue qu’il y a encore peu de temps, je ne m’étais jamais posée la question. Je ne savais même pas qu’il existait plusieurs filtres solaires. Je vous en ai d’ailleurs récemment parlé dans cet article ou avec l’aide d’une experte, on vous donnait tous les conseils à suivre pour ne pas brûler sa peau dès le printemps.

Pour rappel, voici en détails les 3 qui existe. 

  1. Les filtre chimiques ( le mot chimique n’a rien de péjoratif ) : ils absorbent les UVs à la place de la peau elle même ! Comme ils pénètrent dans la peau, ses filtres sont susceptibles de donner des allergies, à éviter chez les bébés, femmes enceintes, et peaux intolérantes ou allergiques. Certains composants de ces filtres sont suspectés de jouer le rôle de perturbateur endocrinien, c’est à dire de jouer le rôle d’hormone à la place de nos propres hormones. Attention donc aux conséquences à long terme ! A noter aussi qu’un filtre chimique ne sera efficace que 30 minutes après l’application.
  2. Les filtres minéraux (que l’on trouve par exemple dans les solaires « bio », normalement exempts de parabènes et conservateurs) : à base de pigments minéraux blancs naturels comme la poudre de kaolin, oxyde de zinc, ils ne pénètrent pas dans la peau, restent à la surface et vont réfléchir les rayons UVs comme un miroir. Pas de risque d’allergie, et ils sont efficaces sans délai d’efficacité ! L’effet est blanc, plutôt difficile à bien étaler.
  3. Ecrans organiques : ils ont une action réfléchissante et absorbante et ont une très bonne tolérance car ils protègent aussi bien contre les UVA que les UVB.

Pour ma part, j’ai choisi un filtre minéral SANS nanoparticules ( qui peut être un perturbateur endocrinien). Les résidus de crèmes solaires aux filtres chimiques sont mauvais pour l’environnement ; ils se diffusent dans l’océan et sont absorbés par les massifs de corail. Je suis très attentive désormais à la composition des produits et au fait qu’il respecte notre belle planète. J’ai opté pour une formule bio (et vegan) et à l’emballage 100% recyclable. Protéger sa peau tout en protégeant la planète, voilà qui me plait bien !

Un autre avantage, pas assez rappelé, des produits de protection solaire certifiés naturels et bio, concerne leur effet immédiat sur la peau desséchée et abîmée par le soleil. Comme ils sont exclusivement formulées avec des huiles et beurres végétaux, ils sont réellement nourrissants et régénérants pour la peau, contrairement aux produits à base de silicones ni huiles minérales, qui ne sont pas « biocompatibles ».

Encore une fois, le choix de votre filtre dépendra de vos besoins. 

Etape 4 : En spray, en crème, en stick…? 

Ok alors, j’ai opté pour une crème indice 30 ou 50, aux filtres minéraux, à la composition bio et ensuite … Est-ce que je le choisis en crème ? En spray ? En stick ?…

En fait, après plusieurs recherches sur le sujet, je me suis rendue compte que le choix de la texture et du mode d’application dépend de la zone que vous voulez protéger ! 

  • Les crèmes, plus épaisses, sont idéales pour la protection du visage seul. 
  • Les laits sont à recommander pour une application sur le corps ou pour les enfants car plus facile à étaler.
  • Les sprays ou brume à la texture encore plus légère sont aussi parfaits pour une application sur le corps, surtout aux endroits peu faciles d’accès. Mais pour des raisons techniques (ils doivent pouvoir être « dispersibles ») ils sont moins hydratants et parfois moins protecteurs. 
  • Les sticks à la texture plus solide, avec un film protecteur plus dense, sont parfaits pour les lèvres, les cicatrices ou encore les extrémités, comme le nez ou les oreilles. 

Bon à savoir : Il est possible aussi de trouver dans les crèmes solaires des composants adaptés pour peaux mixtes et grasses, pour peaux sensibles et atopiques. Il faut demander conseil à votre pharmacien.

Et sinon : la plus chère, c’est forcément la mieux ?

Hé bien non !  Une enquête très intéressante du magazine 60 millions de consommateur datant de 2017 démontre que la crème la plus chère parmi les produits analysés était celle de la marque Lancaster.

Or cette fameuse crème était vendue au prix de 31 euros l’unité, et elle fait pourtant partie des crèmes les moins bien notées (9,5 sur 20) et les plus toxiques, alors que la crème la moins chère (Aptonia) obtient la note de 14 sur 20. En outre, les crèmes Nivea et Mixa solaire (brume solaire enfant et adulte) présentent un bon rapport qualité prix. Vendues au prix de 12,90 euros et 12,20 euros, elles figurent 2e et 3e du classement (15 et 16 sur 20).

Bon à savoir : Une protection solaire résistante à l’eau est un plus, même si cette caractéristique a ses limites et ne dispense en aucun cas d’une nouvelle application après chaque bain. En clair, si vous en appliquez souvent ( et il le faut ! ), pas besoin de chercher cette mention sur le flacon !

Calcule ton indice UV personnel

J’ai découvert ce petit calcul il y a peu que j’ai trouvé très intéressant. Il permet de calculer le nombre de minutes que tu peux rester au soleil sans danger.

Il existe un chiffre d’indice UV correspondant à chaque type de peau. Et pour savoir combien de minutes tu peux rester au soleil, il suffit de diviser ce chiffre par l’indice UV du jour là ou tu te trouves.

type de peau 1
Temps maximal au soleil = 67 minutes / indice UV
type de peau 2
Temps maximal au soleil = 100 minutes / indice UV
type de peau 3
Temps maximal au soleil = 200 minutes / indice UV
type de peau 4
Temps maximal au soleil = 300 minutes / indice UV
type de peau 5
Temps maximal au soleil = 400 minutes / indice UV
type de peau 6
Temps maximal au soleil = 500 minutes / indice UV

Exemple:
Moi qui suis du type 2, mon chiffre d’indice UV est 100, et si aujourd’hui, l’indice UV est 7, je divise 100 par 7 = environ 14.

Je peux donc rester au soleil pendant environ 14 minutes sans danger !

Résultat du shopping : j’ai donc opté pour deux crèmes indice 30 et 50 au filtre minéral en formule lait et crème pour pouvoir me l’appliquer aussi bien sur le visage que le corps et hydrater ma peau qui est de nature plutôt sèche. J’ai opté aussi pour une brume que je peux appliquer par dessus mon maquillage en ville, c’est très pratique !

Mes coups de coeur :

J’adore la crème solaire de chez Bioregena. Elle est 100% naturelle, certifiée bio et résistante à l’eau. J’ai choisi un indice 50 et je l’utilise régulièrement ! Je suis complètement fan de sa texture légère qui ne laisse aucune trace blanche et sa formule à l’huile d’argan qui hydrate la peau en plus de la protéger ! Son odeur est aussi à tomber et son flacon très pratique à utiliser et glisser dans sa trousse de voyage ! Elle est disponible à la vente sur le eshop Puralys à seulement 21.90€.

J’ai aussi opté pour le lait solaire de la marque UVBio avec un indice 30. Il est formulé aux extraits de carotte, d’huiles de coco et de karanja qui assure une protection naturelle contre les UVA et UVB grâce à ses filtres minéraux et à l’extrait d’huile de Karanja. Cette huile hydrate aussi intensément la peau et permet au lait de ne laisser la aussi aucune trace blanches, ni film gras. Elle est aussi résistante à l’eau et vous pourrez vous la procurer sur le eshop Jours à venir.

Pour le visage, j’ai opté pour L’Extrême Fluide Fermeté & Protection IP30 d’AHAVA qui est une émulsion hydratante extra-légère à l’indice 30 qui protège la peau jour après jour et l’aide à se défendre contre les méfaits du soleil. C’est une super base de maquillage qui en plus de protéger la peau, la raffermit de jour en jour ! En plus, j’adore sa texture légère et son format en flacon pompe hyper pratique ! Sa formule est 100% naturelle et est enrichi en plantes comme la baie de Goji de l’Himalaya, l’un des plus puissants antioxydants naturels au monde.

Trois infos utiles

Doit-on mettre sa crème solaire avant ou après sa crème de jour ?

Une dermatologue ( qui souhaite rester anonyme) m’a récemment confié que le produit solaire est plus efficace s’il est le premier d’une routine de soin. Autrement dit, on nettoie son visage, on applique sa crème solaire, on laisse bien pénétrer… puis on applique sa crème de jour si on souhaite ( le mieux est quand même d’éviter de les mélanger). Vous pouvez aussi appliquer votre fond de teint ou poudre par dessus. Certaines base de teint possèdent des indices solaire élevés comme L’Extrême Fluide Fermeté & Protection IP30 d’AHAVA dont je vous parlais juste au dessus.

Comment je fais si je suis maquillée ?

Le filtre de la crème solaire appliquée le matin perd de son efficacité au fil de la journée. Il faut donc l’appliquer de nouveau toutes les deux heures. Alors, si vous êtes maquillée, le mieux est de choisir une spray en brume ultra light ( mais avec un indice élevé) que vous pourrez appliquer par dessus votre make up sans l’étaler.

Doit-on mettre une protection solaire d’indice supérieur sur son visage ?

Elle doit être au moins égale voire supérieure à la protection pour le corps. La peau du visage étant plus fragile et plus souvent exposée, on ne descend pas au-dessous d’un indice de protection 30, même si l’on est bronzée.

J’espère que cela aura pu vous aider à y voir plus clair et surtout à choisir la bonne crème solaire qui vous accompagnera tout l’été et protégera surtout votre peau du soleil ! 

IMPORTANT

Il ne faut pas oublier d’opter également une protection passive : ombre, chapeau, vêtements et quand on s’expose et surtout on ne lésine pas sur les quantités nécessaires en ce qui concerne votre crème solaire.

Pour t’inscrire à la newsletter et recevoir gratuitement le ebook  » Profiter de l’été sans arriver épuisé à la rentrée ! »