Grisaille, journées plus courtes, moins de lumière….  et une baisse d’énergie qui va avec ! Une des solutions pour se redonner un petit coup de boost en cette période automnale ? Profiter des quelques rayons de soleil quand ils veulent bien se montrer ! L’occasion de faire le plein de lumière mais aussi de vitamine D. Cette vitamine est fabriquée par notre peau à 90% à l’action des UVB et a pour rôle de maintenir le calcium et le phosphore dans notre organisme mais aussi de réguler la sérotonine, l’hormone de l’humeur. En clair, le soleil est votre atout moral ! 

Mais la grande question que l’on se pose bien souvent : quelle est la durée optimale pour assurer sa dose de vitamine D sans risquer d’abimer sa peau ?

Une exposition différente selon les saisons

Je voulais partager avec vous cette étude réalisée par une équipe de chercheurs espagnols de l’université polytechnique de Valence. Ces derniers ont ainsi évalué la durée idéale d’exposition au soleil, mois par mois, pour une personne avec une peau relativement claire, moyennement sujette aux coups de soleil et qui bronze uniformément. 

Et évidemment, elle est bien différente selon les saisons : en hiver, le rayonnement UV est bien plus faible et on a aussi tendance, bien naturellement, à empiler les couches de vêtements, et avoir donc beaucoup moins de peau exposé à la lumière naturelle. 

Résultat, l’étude met en évidence qu’en été et au printemps, il faudrait seulement 10 à 20 minutes d’exposition au soleil pour une bonne production de vitamine D, mais prudence le premier coup de soleil surviendrait en moins de 30 min d’exposition ! En revanche, en hiver, environ 2 heures par jour sont nécessaires pour synthétiser la même quantité et il serait possible de passer 150 minutes au soleil sans le moindre risque de coup de soleil. Alors, faîtes comme moi, enfilez vos baskets, et autorisez-vous une petite balade (merci à mon petit toutou qui adore gambader dans la forêt) dès qu’un peu de lumière s’invite dans le ciel, c’est toujours bon à prendre !

Mais les scientifiques nous mettent tout de même en garde : ces chiffres varient bien entendu en fonction du type de peau, de l’utilisation ou pas d’une protection solaire, de l’heure de la journée, de la morphologie, des zones du corps couvertes par les vêtements, ou encore de l’âge (les seniors produisent moins de vitamine D).

2 Comments

  1. Wilson 10 novembre 2019 at 18 h 35 min

    C’est dommage que l’on doive sortir plus souvent quand il fait froid… En tout cas, étant donné le fait que j’ai perdu environ un tiers de ma capacité à synthétiser la vitamine D à partir des UV, mieux vaudrait suivre vos conseils. Merci pour l’info, Virginie, l’article sur l’étude réalisée par Mme SERRANO était très intéressant.

    Reply
  2. Wilson 10 novembre 2019 at 18 h 42 min

    J’ai oublié de citer Messieurs CAÑADA, MORENO et GURREA, dsl 🙁

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *